IMG_8723-2.jpg

Plus d’un siècle d’histoire signifie beaucoup
de changements. Depuis sa création, le Club Chasse et Pêche St-Maurice a contribué à la conservation du gibier et du poisson de la région latuquoise. Au fil des ans, il a su s’adapter à
sa clientèle et se diversifier afin d’ajuster ses services à l’air du temps. Plus récemment,
le Club a actualisé sa mission afin qu’elle
s’adresse davantage à sa clientèle et qu’elle
soit axée sur le partage avec la communauté.

« Partager avec la communauté l’héritage environnemental, faunique et patrimonial créé
par les membres fondateurs du Club St-Maurice,

de façon inclusive et durable, pour les générations futures. »

Fondé en 1888, le Club Chasse et Pêche St-Maurice joue un rôle primordial sur le plan récréotouristique de la région grâce à sa riche histoire. En 1890, le Commodore Parker, ami intime de W.H. Drummond, premier président du Club, fait l’acquisition des terrains et des baux de chasse et pêche. Cet apport important soulignera la fondation du Club. Au début, on s'y rendait en steam-boat à partir du quai de Grandes-Piles. Rendus aux alentours du Lac-à-Beauce, les membres et leurs invités faisaient du portage jusqu'au grand Lac Wayagamac où était construit le Club House. Malheureusement, le 31 janvier 1908, un incendie ravagea la bâtisse. Seule la cheminée résista au sinistre. Elle fut conservée et intégrée au nouveau camp, reconstruit la même année. Les premiers présidents du Club étaient tous originaires de Montréal ou de New York. Il faudra attendre en 1928 pour avoir un président de La Tuque soit M. Simmons Brown.

 

Plusieurs histoires de pêche ont longtemps contribué à la réputation du Club. À l’époque, les prises sur le grand Lac Wayagamac pouvaient approcher les 12 livres. La légende dit même qu’une prise de 20 livres aurait déjà été pêchée par un visiteur. Selon les coupures de journaux de l’époque, celle qui faisait les plus belles pêches était la gérante du Club, Mme Fabiola (Faby) Roy. En 1955, elle était la seule femme à occuper un tel poste dans toute la province de Québec.

 

L’histoire du Club est également marquée par M. Stanley Cosgrove, peintre de réputation internationale et membre du Club jusqu’à son décès en 2002. Ses œuvres reconnues ont immortalisé la beauté indiscutable de la forêt du Club. Ce grand paysagiste décrivait son chalet, situé au bord du lac, comme « un refuge de paix dans une atmosphère la plus propice à la réflexion et à l’inspiration ».

 

À ce jour, la gastronomie du Club St-Maurice continue de contribuer à sa réputation. Les membres sont très soucieux d’avoir une excellente qualité de nourriture pour le plus grand plaisir des visiteurs. La beauté du site, le paysage bucolique et plus particulièrement le grand Lac Wayagamac continuent de faire plusieurs jaloux. Ce lac, qui est un pur joyau, est aussi le réservoir d’eau potable de la région.

 

Aujourd’hui, malgré les épreuves, les tempêtes, les périodes de crise et les guerres des 130 dernières années, le Club poursuit fièrement ses activités et continue toujours d’offrir ce lieu au cachet unique à tous ses visiteurs.